Chemin de Sussac au Mont Gargan
>>
Accueil
>
Pédestre
>
Chemin de Sussac au Mont Gargan
Sussac

Chemin de Sussac au Mont Gargan

Faune et flore
Histoire
Point de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Au départ de Sussac, cette boucle mène jusqu’au sommet de la petite montagne limousine, le Mont Gargan, où un point de vue panoramique vous attend. Le site du Mont Gargan, haut lieu de Mémoire de la Résistance, est un site protégé et classé, chargé d’histoire.
Niché au flanc du Mont Gargan, Sussac, petit village traditionnel du Limousin, possède un lac aménagé avec une plage de sable et des jeux pour enfants. Autour du plan, des chalets, labellisés Gîte de France, sont proposés à la location toute l’année. Le départ des chemins de randonnées est au bord du lac. La boucle qui conduit au Mont Gargan sillonne les vallons et puys du secteur : immersion en terre de maquis, maquis au sens de la forêt et maquis au sens historique. L’Histoire côtoie les petites histoires et les histoires naturelles, il n’est pas rare au détour d’un chemin creux, après avoir s’être arrêté devant une pierre de Mémoire, d’apercevoir, chevreuil, renard ou le vol d’un circaète Jean Le Blanc. L’allée des Hêtres qui borde la pente du sommet semble tout droit sortie d’un conte celtique, d’ailleurs ces hêtres sont classés arbres remarquables.

Les 17 patrimoines à découvrir
Lac

Plan d'eau de Sussac

Le plan d’eau de Sussac , niché au pied du Mont Gargan , possède une plage de sable aménagée avec une baignade surveillée en période estivale. La pêche est autorisée il suffit de s’acquitter de l’achat d’une carte de pêche journalière au bord du lac. Des toilettes, jeux pour enfants et chalet snack-bar (en été) sont à disposition.
lire la suite
Histoire

Les parachutages du Clos

Le 14 juillet 1944, en plein jour, et à la vue de tous, 35 forteresses volantes alliées parachutent au Clos de Sussac, 416 conteneurs. Ce jour-là les parachutes seront bleus, blancs et rouges afin de célébrer la Fête Nationale. Ces conteneurs étaient remplis d’armes automatiques, de mitraillettes Sten, de fusils-mitrailleurs Bren, de munitions, de vêtements et de matériel divers. Guingouin et ses hommes avaient un certain panache : dans le champ, un immense V des hommes de la « 1ère Brigade du Limousin » salua les pilotes. Trois jours seront nécessaires pour rassembler et cacher tous les conteneurs avec l’aide de la population locale.  Cependant il fallut faire vite car les nazis étaient entrés dans le secteur le 16 juillet 1944 à la Croisille-sur-Briance avec pour objectif d’éliminer la Résistance locale. Face à l'ampleur de l'attaque, les maquisards abandonnent leur tactique de guérilla et pratiquent une stratégie d'opposition frontale (La Bataille du Mont Gargan) puis de repli ; ils parviennent à conserver la quasi-totalité des parachutages.
lire la suite
Flore

L'allée des hêtres

L'allée qui permet d'accéder au sommet du Mont Gargan depuis le parking est constituée d'une soixantaine de hêtres formant une voûte végétale opaque en été. Ce double alignement a été planté par l'abbé Joyeux à la fin du XIXème siècle, pour procurer ombre et protection contre vent et pluie aux pèlerins qui se rendaient à la chapelle pour les fêtes de l'Assomption (le 15 août) et de la Nativité (le 8 septembre). Ces arbres centenaires au port majestueux présentent une silhouette trapue au tronc court et aux branches basses très étalées, caractéristiques d'une croissance en milieu ouvert, sans concurrence, et sous les rigueurs du climat (pluies et vent d'ouest, neige et gel, altitude…). Aujourd'hui, à cause de leur âge avancé, ils bénéficient d’une attention particulière et d'un suivi sanitaire.
lire la suite
Histoire

Le Mont Gargan

Le Mont Gargan a fait l'objet de diverses légendes, l'une notamment liée au passage de Gargantua auquel l'on devrait sa formation et qui peut en partie expliquer son étymologie (Gargant serait le participe présent de "Garg" formé sur la racine "Gar" signifiant avaler, dévorer). Le Mont Gargan serait par ailleurs lié à un culte solaire où Gargantua, probablement un ancien dieu des Celtes et des Gaulois, transformé en géant par la croyance populaire et l'œuvre de Rabelais, serait la personnification du soleil dispensateur de vie (d'après J.L. Deredempt).
Propriété du Département de la Haute-Vienne et des habitants du hameau de Fôret Haute situé sur la commune de Saint-Gilles-les-Fôrets, le Mont Gargan est classé monument et site naturel depuis 1983.
Au sommet du site, on trouve la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, érigée entre 1868 et 1871 sous la houlette de l’Abbé Louis Joyeux, alors curé de Surdoux et de Saint-Gilles-les-Forêts. Cet édifice de style néo-gothique est construit en granit et en pierre extraites de carrières locales.
Depuis une quinzaine d’années, le Conseil départemental conduit au Mont Gargan des actions de valorisation en partenariat avec les communes et les associations du territoire : restauration des milieux naturels, notamment de la lande sèche qui avait fortement été envahie par les arbustes ; préservation de l'allée des hêtres et de la fontaine ; ouverture du panorama.
(Source Conseil départemental de la Haute Vienne)

lire la suite
Flore

Faune et flore du Mont Gargan

Autrefois, la lande du Mont Gargan était pâturée par les troupeaux de moutons jusque dans les années 60. Cette pratique, accompagnée d'un usage de brûlis tous les ans, permettait le maintien d’une végétation rase et éparse. Dans cette lande sèche dominée par la bruyère cendrée, l'ajonc nain et la callune (Calluna vulgaris), on trouve aussi la bruyère à quatre angles (Erica tetralix). L'abandon du pâturage a permis à la végétation de se densifier et avec le temps, les espèces ligneuses (bourdaine, bouleaux) ont gagné du terrain. La fougère aigle, dont l'extension est favorisée par le brûlis, s'est développée au détriment des espèces caractéristiques (callune, bruyère cendrée, ajoncs). On trouve également l'arnica des montagnes (Arnica montana) dont les grandes fleurs jaunes sont visibles au printemps.
Le Mont Gargan héberge une faune protégée et notamment tout un cortège de passereaux (bruant et traquet pâtre, notamment) lié aux lisières et aux formations arbustives qui occupent les pentes du site. L'engoulevent d'Europe niche au sol dans la lande ou les coupes forestières. Au début de l'été, on peut l'apercevoir au crépuscule ou entendre son chant caractéristique rappelant celui d'un moteur de vélo solex. C’est un lieu privilégié d’observation des oiseaux et des chauves-souris, d’ailleurs, La Sepol (société pour l'étude et la protection des oiseaux en Limousin) assure régulièrement un comptage des migrateurs depuis le sommet.

lire la suite
Point de vue

Paysage du Mont Gargan

Situé sur une zone de transition, le relief s'articule entre un paysage montagnard à l'est, caractérisé par un climat froid et des précipitations importantes, et à l'ouest des plateaux ondulés à influence océanique plus douce. Le Mont Gargan présente ainsi deux types de paysage très contrastés : un paysage boisé dominé par les feuillus, (Croisille-sur-Briance et Surdoux), et un versant nord-est, visible depuis Forêt-Haute, encore largement ouvert avec ses prairies et sa lande. Comme en témoignent d’anciennes cartes postales, le site du Mont Gargan était autrefois quasi intégralement couvert de landes rases et de prairies, pour les troupeaux. Ces landes, longtemps considérées comme des terres incultes, servaient à l'alimentation du bétail, pour le bois de chauffage et de litière. L'arbre n'était présent que sous la forme de petits boisements très limités et isolés au milieu d’espaces ouverts. À partir du XXème siècle, l'exode rural et l'abandon de la polyculture autarcique pour l'élevage extensif exclusif ont conduit les exploitants à transformer les cultures en prairies. Les terrains les plus difficiles se sont enfrichés et reboisés de feuillus et de conifères. Aujourd'hui, le panorama du Mont Gargan permet encore de percevoir les évolutions importantes qui ont bouleversé le paysage au cours du XIXème et du XXème siècles. Même si les prairies et les bois dominent, le réseau de haies, les arbres pour le bois d'œuvre et les vergers ont en partie été conservés. Les pentes fortes autrefois en landes sont aujourd'hui colonisées par la friche forestière.
lire la suite
Petit patrimoine

La fontaine du Buisson blanc

Elle a la particularité, dit-on ici, de ne jamais tarir. Elle se présente comme une grande vasque délimitée par un enrochement de pierres plates. Elle porte le nom du Buisson blanc, car c’est ainsi que l’on surnomme l’aubépine, dédiée à la Vierge Marie. Dans ces croyances, c’est un arbre porte-bonheur toujours épargné par la foudre. Comme toutes bonnes fontaines, des vertus curatives lui sont prêtées comme celles de guérir les maladies des yeux et les douleurs rhumatismales.
Un autre pouvoir légendaire : la fontaine est encore un lieu de pèlerinage pour des femmes en mal d'enfants ou désireuses de se marier dans l'année. Il faut jeter une pièce dans l’eau, formuler son vœu. La dévotion doit se faire isolément, sans s’arrêter à la chapelle et autant que possible avant le jour.

lire la suite
Patrimoine

La chapelle Notre Dame de Bons Secours

La présence humaine est attestée sur le site depuis la préhistoire. Nombreux silex, hache et statuettes en bronze, débris de briques et de poteries, et pièces de monnaie y ont été découverts, datant pour la plupart de l'occupation gallo-romaine. À cette période a été édifié un fanum (petit sanctuaire de tradition celtique) au nord-est du site. Au XIIIème siècle, un petit prieuré de femmes était établi à proximité. Aujourd'hui, ne subsistent de cette occupation que les ruines de la chapelle. Situé sur un petit tertre au sommet, cet édifice dédié à Notre-Dame-de-Bon Secours a été érigé entre 1868 et 1871 grâce à de généreux donateurs et bénévoles, sous la houlette du curé de Surdoux et de Saint-Gilles-les-Forêts, l'abbé Louis Joyeux (également à l'origine de la plantation de l'allée des hêtres). Les jours de pèlerinage, les fidèles assistaient à la messe dans la chapelle, puis se livraient à une procession à travers les landes en passant par la fontaine du buisson blanc. Cette tradition se perpétue de nos jours avec le festival du Mont Gargan qui a lieu tous les ans au 15 août depuis 1966. Cette chapelle de style néo-gothique est entièrement construite en granit et en pierres du pays extraites de carrières locales. Un clocher d'une douzaine de mètres dont la flèche n'a jamais été construite, faute d'argent, permettait autrefois de profiter du panorama. La chapelle est restée quasi intacte jusque dans les années 1920. Les rigueurs du climat, le manque d'entretien et les dégradations volontaires ont eu raison de l'édifice désaffecté en 1924. Depuis 1982, le Conseil départemental, devenu propriétaire du sommet du Mont Gargan, mène des études et des travaux afin de la consolider et de stopper le processus de dégradation.

Source : Conseil départemental
lire la suite
Histoire

Les combats du Mont Gargan

Pendant la seconde guerre mondiale, la région du Mont Gargan a été un haut lieu de la Résistance. Le 17 juillet 1944, les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) de Georges Guingouin sont encerclés par une force ennemie lourde composée de plusieurs régiments, dont certains éléments des colonnes Von Jesser et Ottenbacher, épaulées par la Milice française. Les combats sont particulièrement violents. Cet épisode représente la seule bataille frontale victorieuse de la Résistance. Des stèles en granit témoignent de ces combats et perpétuent la mémoire des Résistants. Deux commémorations chaque année : le 6 Juin au sommet du Mont Gargan et le dimanche qui suit le 17 juillet à la stèle de Forêt-Haute.
« En ce mois de juillet 1944, le « Préfet du Maquis » a cédé la place, aux yeux de ses hommes, au « colonel ». Et Georges Guingouin sait se faire obéir : tous les témoignages concordent sur ce point. Les hommes demeurent à leur poste, et les compagnies se déplacent en fonction des ordres que leur transmettent les « liaisons » du colonel. C’est lui qui ordonne à l’automitrailleuse d’avancer, le 17, et c’est lui qui donnera tout au long de la bataille les consignes de harcèlement et de repli. Après avoir accepté l’affrontement, il donnera l’ordre de décrocher en direction de la montagne, et ses troupes reflueront en bon ordre. Cependant il ne dispose ni de téléphones de campagne ni, à fortiori, d’un réseau radio pour communiquer avec ses compagnies. Tout se fait par « liaison », et Guingouin lui-même se déplace beaucoup tout au long des opérations. Loin de rester dans son repaire du château de La Villa, il est « partout et nulle part », payant de sa personne et prenant des risques. Fidèle à ses habitudes de clandestin, il arpente son territoire mais en demeurant insaisissable. On ne s’étonnera donc pas qu’il reste, tout au long de ce récit, comme arrière-plan, alors qu’il est, indiscutablement, à la manœuvre, contraint d’adapter d’heure en heure son dispositif aux changements de cap déroutants des forces adverses. »

Extrait de Eté 1944 : La Bataille du Mont Gargan P.Plas et Michel C.Kiener

lire la suite
Histoire

Festival du Mont Gargan

Tous les ans autour du 15 août la montagne limousine est en fête : www.ecoledumontgargan.com
lire la suite
Histoire

Marcelle Delpastre

« Sombre nuit où fut ma mort » (Ce que fut Marcelle Delpastre) de Laurent Bourdelas

Au paradis tellurique de Germont
une femme-poète aux doigts crevassés
a pavé le sol de son étable :
sous la neige, l’essentiel pour la vache.

Les pommes de terre semées trop tard
seraient savoureuses
comme des cerises offertes aux belles

Beau silence que celui où plane la buse !

« Les disparates » (Le poète debout) de Marcelle Delpastre

Le poète est debout sur la haute colline.
Il regarde ― mais quoi ? ― Ce qu'il regarde ? ― Et ce qu'il voit ?
De la forêt, de la rivière et de la ville au loin, de l'horizon ni de la mer, du sable ni du ciel ?
(Et la mer se devine aux figures de ciel, aux ombres des nuées, la montagne à l'odeur de la neige).
Ni le ciel ni la mer qui soient la mer, qui soient le ciel.
Ni l'horizon ni la forêt. Et ni ce qui ressemble au sable, à la rivière, à l'ombre des forêts.

lire la suite
Histoire

Georges Guingouin

Alias : Raoul, Lo Grand, Le chêne, Bootstrap, l’Orage. Georges Guingouin est né le 2 février 1913 à Magnac-Laval. Son père, sous-officier de carrière, est mort pour la France le 28 août 1914. Sa mère était institutrice. Instituteur à Saint Gilles les Forêts, il est secrétaire du rayon communiste. Mobilisé en 1939, blessé en 1940, de retour à Saint Gilles les forêts, il renoue avec des militants du parti communiste clandestin, édite et diffuse des tracts. Ayant repris son poste d'instituteur à la rentrée, et ses activités en mairie, il confectionne de fausses cartes d'identité. Il est révoqué car militant communiste. En février 1941, il échappe aux inspecteurs de police venus l'arrêter. En avril, il "prend le maquis", devenant le premier maquisard de France. Il installe une ronéo cachée dans une sapinière à Soudaine-Lavinadière et imprime des tracts, dénonçant la répression et appelant au soulèvement, qui sont distribués lors des foires. Dès 1942, les actions violentes commencent. En mars 1943, la cache des trois chevaux est créée dans la forêt de Châteauneuf, elle devient un repaire de maquisards, mais aussi un symbole. Des groupes de combats sont organisés et vont mener de nombreuses actions de sabotage. En août 1943, pour empêcher les récoltes et donc les réquisitions, il fait sauter des batteuses. Il s'oppose ouvertement à l'autorité de Vichy en signant de son nom les affiches du "Préfet du maquis". Des actions sont entreprises contre les moyens de transport, de communication, les usines, etc. Le maquis de Châteauneuf, devenu la première Brigade de marche limousine, structuré en compagnies et bataillons, compte, début juin 1944, environ 1 000 combattants. Le 3 août, le colonel Guingouin devient chef départemental des FFI de Haute-Vienne. Le 21 août, Limoges est libérée. Il sera décoré : Commandeur de la Légion d'Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de guerre 39/45, Médaille de la Résistance, King's Medal for Courage, Acte de Reconnaissance de la Nation américaine, Médaille Garibaldienne.
Georges Guingouin est décédé le 27 octobre 2005. Il repose au cimetière de Saint-Gilles-les-Forêts, face au Mont Gargan.

lire la suite
Patrimoine

L'église de Saint Gilles les Forêts

La première église aujourd’hui disparue était située dans le cimetière de Saint Gilles les Forêts ; son ancien emplacement est aujourd’hui matérialisé par une croix en fer forgé. Ecroulée en 1892, elle fut reconstruite au centre de la commune avec en grande partie les matériaux originaux. C’est l’une des plus petites églises du département avec son clocher mur comportant une cloche unique. En 2015, les vitraux ont été refait. Leur conception a été confiée à Jacques Victor Giraud, artiste ayant réalisé le dessin des vitraux. Les maîtres verriers de l'Atelier du Vitrail de Limoges ont su transformer les dessins en vitraux. Ce sont des vitraux contemporains qui ornent désormais la petite église. Des panneaux d’informations réalisés par le Pays d’Art et d’Histoire sont à disposition du public sur site.
lire la suite
Histoire

Château de la Villa

Durant les mois de mai, juin, juillet 1944 le colonel Guingouin et son état-major avaient installé leur QG dans le château de La Villa. Le château était doté d’un poste central relié au réseau téléphonique local. Cela permettait au maquis d’avoir des renseignements sur les ordres, les mouvements et la localisation des ennemis, et rendu possible grâce à la complicité des personnels des PTT aux postes centraux d’Eymoutiers, Châteauneuf-la-Forêt et Limoges. Le château a été bombardé le 16 juin 1944 par des avions ennemis mais aucune victime humaine ne fut à déplorer.
lire la suite
Histoire

L'ancienne école de Saint-Gilles

Georges Guingouin fut nommé instituteur en 1935 à Saint-Gilles-les-Forêts dont il devient également le secrétaire de mairie. Certains de ses élèves le suivront et rentreront en résistance, comme Louis Gendillou résistant de la première heure.
« Louis Gendillou est né dans une ferme à Saint Gilles les Forêts le 15 février 1922. Il eut comme instituteur Georges Guinguouin qui connaissait son père car ils étaient tous les deux communistes. Aussi dès 1940, Louis appartient au premier « groupe de trois résistants » organisé par Georges Guinguouin à Saint Gilles les Forêts. En 1941, dénoncé avec d'autres camarades alors qu'ils ont commencé leur travail d'opposants aux Allemands et au régime de Vichy en distribuant des tracts, il est arrêté et jugé par un tribunal militaire français et interné en Dordogne jusqu'en 1944. Après avoir organisé la résistance dans le camp, il s'évade et rejoint la Résistance locale pour participer à la libération de Bergerac, puis de la vallée de la Dordogne et enfin de Bordeaux.
Intégré dans l'armée de la libération, il reste fidèle à ses convictions et refuse de partir combattre en Indochine. » ANACR

« « Résister », c’est ce qu'avaient gravé sur la pierre avec leurs ongles dans leur prison d'Aigues-Mortes les femmes protestantes ne voulant à aucun prix abjurer leur religion.
« Résister », devoir impérieux pour les gens à l'âme bien trempée, n'ayant qu'un but : rendre la liberté à notre pays, reconquérir la République. »
« Quatre ans de lutte sur le sol Limousin » (Le Ciel s'écroule) - Georges Guingouin

lire la suite
Petit patrimoine

Moulin de la Ribeyrie

Le Moulin de la Ribeyrie, est situé tout près du château de la Ribeyrie, aujourd’hui disparu. Ce fut un lieu d'entraînement des FTP. Endommagé par les bombardements effectués par l’ennemie qui espérait ainsi décapiter la tête du maquis, il fut détruit puis rasé. En janvier 1944, le château de la Ribeyrie, inoccupé en hiver, est devenu un centre de formation et d’entrainement de la compagnie de choc, formant les cadres de la première brigade de Marche Limousine. Les éléments les plus aguerris (ceux ayant notamment fait le service militaire) sont formés : exercices de combats, tirs réels, etc... Ils seront les lieutenants ou envoyés sur des missions plus sensibles.

« Au Grand Soleil de la Libération :
Le combat exige d'être toujours plus lucide. Si les jeunes qui ont rejoint le maquis ont le cœur plein de courage, la plupart n'ont aucune instruction militaire.
Aussi, pendant tout le mois de janvier 1944, je réunis 120 volontaires au château de La Ribeyrie et, la dernière semaine, on fera des exercices à tir réel. »
« 4 ans de lutte sur le sol limousin » – G. Guingouin

lire la suite
Histoire

La Stèle Violette Szado

Violette Reine Elizabeth Bushell, épouse Szabo. Née le 26 juin 1921 à Levallois-Perret ; décédée le 5 février 1945 (à 23 ans) à Ravensbrück. Espionne, Agent du SOE, section F. Nom de guerre : Louise
Dans la nuit du 7 juin 1944, le SOE (Special Operations Executive : Direction des opérations spéciales qui est un service secret britannique opérant pendant la Seconde Guerre) largue au Clos de Sussac 4 agents, parmi eux, une femme : Violette Szabo, agent franco- britannique. Le 10 juin, elle part en voiture avec ses compagnons pour Salon la Tour d’où elle doit être exfiltrée. Ils tombent sur une patrouille allemande, ils s’enfuiront à travers champs ; Violette Szabo se sacrifiera pour protéger la fuite de ses compagnons d’arme et après avoir épuisé ses munitions, elle sera rattrapée et emprisonnée, subissant plusieurs semaines d'interrogatoires brutaux. Déportée au camp de Ravensbrück, elle sera tuée vers le 5 février 1945 par les nazis, abattue d’une balle dans la nuque, juste avant la libération du camp par les alliés. En récompense de son courage, on lui décerna la Georges Cross à titre posthume. Elle fut la première et unique femme en Angleterre à recevoir cet honneur. Winston Churchill la qualifia : « La plus brave d’entre nous… » Une croix est érigée en sa mémoire sur la route de Sussac au Mont Gargan, une commémoration a lieu tous les ans le 6 juin.

lire la suite

Description

  1. Se diriger vers le terrain de football et prendre à gauche la D39. Passer le pont. Prendre le chemin à droite puis tout de suite à gauche en montant.
  2. A la route, prendre à droite et passer le village de la Villa. Continuer tout droit.
  3. Traverser le village du Clos, poursuivre sur la D39. Tourner à la première route à droite puis à la première à gauche qui monte et se termine par un chemin. Après avoir passé la dernière maison, prendre le chemin à droite et poursuivre jusqu'au carrefour dit "des Trois Hêtres".
  4. Prendre le chemin de gauche qui grimpe pour rejoindre le sommet du Mont Gargan.
  5. Tourner à droite et arriver à la chapelle du Mont Gargan. Variante pour les équestres : tourner à gauche et rejoindre par un large chemin empierré la D39.
  6. Au sommet, prendre le temps d'admirer le panorama à 360 degrés puis rejoindre le chemin de découverte (balisage rouge) qui descend à la fontaine au bas de la côte. Bifurquer à gauche à travers la forêt (de beaux points de vue). Laisser à gauche le chemin équipé de marches qui remonte au sommet du Mont Gargan et tourner à droite jusqu'à la route. La prendre à gauche.
  7. Au carrefour, se diriger vers le village de Forêt-Haute, le traverser. Poursuivre vers le bourg de Saint-Gilles-les-Forêts sur la D39A.
  8. Traverser le bourg et poursuivre jusqu'au virage à gauche. Prendre alors la route à gauche puis le premier chemin à droite et poursuivre tout droit.
  9. Après un long passage en crête, au milieu de prairies et de cultures, prendre à droite le chemin qui descend vers une piste goudronnée. La suivre à gauche. Variante : continuer tout droit vers la forêt et prendre le chemin en terre à droite qui descend vers une piste forestière.
  10. Suivre la piste forestière. En haut d'une côte, à un carrefour, prendre la piste goudronnée à droite en descendant.
  11. Arrivé dans un grand virage en épingle, prendre le chemin à gauche dans le bois. Continuer toujours tout droit sur un chemin qui débouche dans des prés.
  12. Arrivé à la route, la prendre à droite. Passer les maisons du Moulin de la Ribeyrie et prendre la route forestière du "Puy Jean Faure" à gauche en montant. En haut de la piste, continuer jusqu'au village de Meillac.
  13. Traverser le village, puis tourner à gauche et suivre la D39 sur 700 m.
  14. Retour : juste avant le carrefour avec la stèle, reprendre à droite le chemin qui redescend vers la Villa. Traverser le hameau, prendre à gauche le chemin qui ramène à la route. La prendre à gauche, retraverser le pont puis tourner à droite pour rejoindre le parking.
Départ : Parking du plan d'eau, Sussac
Arrivée : Parking du plan d'eau, Sussac
Communes traversées : Sussac, La Croisille-sur-Briance, Saint-Gilles-les-Forêts

Profil altimétrique


Recommandations

Ce chemin a été conçu prioritairement pour la pratique de la randonnée pédestre. Il est également ouvert aux VTT et aux cavaliers sous leur responsabilité.

Accès routiers et parkings

A 48 km de Limoges, prendre l'A20 jusqu'à la sortie n°35 Feytiat. Poursuivre sur la RD979. Prendre à droite la D15, traverser Neuvic-Entier puis Châteauneuf-la-Forêt. Poursuivre sur la D39 vers Sussac.

Stationnement :

Parking du plan d'eau, Sussac

Accessibilité

VTT
Numéro de secours :
112

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :