Chiens de protection des troupeaux

Ces chiens sont des outils indispensables dans la défense des troupeaux. .

___________

Les réactions normales d’un chien de protection (hors présence de chien domestique)

Le chien de protection peut paraître agressif, inquiétant : et c’est là tout son rôle ! C’est un animal de défense et non d’attaque, qui vise en premier la dissuasion : il préfère intimider plutôt que combattre. Cela suffit généralement à éloigner tout animal/personne malintentionné/e, et à maintenir à distance ceux qui pourraient être un danger pour le troupeau, le tout sans dépenser beaucoup d’énergie.

Les signaux qu’il envoie sont variés :

  • Aboyer ;
  • Baisser les oreilles et hérisser le poil ;
  • Suivre un potentiel intrus le long de la clôture ;
  • Approcher et adopter une posture intimidante (érigée) ;
  • Eventuellement s’approcher davantage pour renifler l’intrus.

Souvent, les signaux émis par le chien de protection pour vous prévenir de ne pas approcher du troupeau sont perçus comme des menaces ou une agression. Dans le langage canin, ces deux types de comportements sont pourtant bien différents 

_____________________________________________________________


 

De manière générale, en présence d'un chien de protection, il est conseillé de :

 

Contourner le troupeau au maximum ;

Rester calme ;

Signaler sa présence en amont, par exemple en parlant plus fort ou en sifflant ;

Ne pas fixer le chien, voire baisser la tête et bâiller ;

Eviter les mouvements brusques, marcher calmement, croiser les bras ;

S’immobiliser, descendre de vélo, arrêter de courir ;

Placer un objet entre le chien et soi.

Si vous souhaitez parler au chien, vous pouvez lui dire « c’est bien » ou « au troupeau ». Ce sont des mots qu’il connaît et que lui adresse son éleveur.

 


 

En présence d’un chien de compagnie :

La rencontre entre deux chiens inconnus, quelle que soit leur race, est toujours hasardeuse : elle dépend des compétences sociales des deux individus, mais aussi du contexte (état de stress des animaux, distance au troupeau, présence et comportement du maître…).


Socialisation :

Lorsqu’un chien de compagnie s’approche du territoire d’un chien de protection, les deux animaux doivent pouvoir communiquer librement (mouvements, déplacements, regards). 


Comportements du maître :

Tout humain a envie de protéger son chien. La plupart des maîtres ont donc le réflexe de s’interposer, soit en retenant leur animal (par la laisse, le collier ou en le prenant dans leurs bras), soit en se positionnant physiquement entre les deux chiens. Si c’est un comportement compréhensible, cela peut toutefois aggraver la situation, en empêchant la communication ou en augmentant la méfiance et l’agressivité des animaux : le chien de protection percevra ça comme un défi ou un danger ; le chien domestique voudra protéger son maître qu’il pense en danger.

 



Pour limiter au maximum les risques de conflit, il vous est donc conseillé, en tant que propriétaire d’un chien de compagnie :
  • De bien connaître le degré de socialisation de votre animal ;
  • D’éviter les chemins où circulent des troupeaux, en particulier si un/des chien/s de protection est/sont présent/s ;
  • De laisser à votre chien la possibilité de communiquer avec le chien de protection, ce qui peut nécessiter de lâcher sa laisse ou a minima de la laisser détendue ;
  • De ne pas vous interposer entre les deux animaux ;
  • D’attacher votre chien si vous craignez que l’interaction se passe mal, voire de faire demi-tour à proximité du chien de protection si celui-ci vous paraît trop agressif ;
  • De mettre en application les conseils cités précédemment sur votre propre comportement : contourner le troupeau, marcher et parler calmement, s’arrêter si besoin, ne pas fixer le chien de protection…


Notez aussi que le territoire d’un chien de protection comprend à la fois le troupeau, la zone où il est susceptible de se déplacer pour le protéger, mais aussi les espaces qui lui permettent de subvenir à ses besoins (points d’eau, zones de quiétude…) et un espace vital autour de lui-même et de ses zones de fréquentation.